SUNDAY MEAL

Qui pour sauver les enfants burundais?

Posted on Posted in YBSP in the medias

Depuis la guerre qui a secoué le Burundi en 1993, et la pauvreté qui en a résulté, le nombre d’enfants de la rue a connu une flamblée. Livrés à eux-mêmes, ces enfants doivent voler ou mendier pour survivre. D’autres , plus vulnérables, surtout les jeunes filles, sont carrément « vendues » dans des pays étrangers.

Un rapport de 2010 dit qu’il y aurait plus de 3000 enfants qui n’ont pas de domicile et qui errent dans les rues de Bujumbura et dans d’autres villes du Burundi. Ce nombre doit avoir sensiblement augmenté depuis 2015 où le Burundi est retombé dans une crise politique et économique de grande ampleur. Ces derniers temps, ces enfants sont pourchassés par la police qui tente de les contraindre de retourner dans les campagnes d’où ils sont venus, sans succès.

Selon les estimations des associations locales, plus de 50% des enfants décèdent dans les quatre premières années qui suivent leur arrivée dans la rue.

Le repas du dimanche

Pour redonner à ces enfants un espoir, des jeunes se sont organisés dans l’association YSBP (Youth Building in Synergy to end Proverty). Cette association scolarise les enfants qui n’ont pas de moyens et un éducateur est chargé de les suivre. Ils sont également logés et nourris.

Chaque dimanche, les membres de cette association offre aux enfants de rue un repas, le « SundayMeal », depuis 3 ans. Le Président et Représentant Leïs-Bruel Haragirimana de cette association explique que «le « SundayMeal » est une composante du programme « Feed a child » (Nourrir un enfant). Ce programme consiste à insérer (ou réinsérer) les enfants de la rue dans une vie sociale normale », complète Leïs-Bruel Haragirimana, représentant légal de YSBP, ajoutant que « l’enfant passe dans l’un de nos deux centres d’accueil ou il reste jusqu’à ce qu’on retrouve ses origines. Si la relation entre l’enfant et un des membres de sa famille se passe bien, l’enfant retourne grandir dans son milieu familial. Cela peut prendre deux à quatre ans ». Le YBSP a un projet ambitieux de pouvoir créer et coordonner un grand centre éducatif. Cliquez ici pour lire l’article dans son integralité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *